L’électrification des transports au Québec



24 juillet 2019
Écrit par :

Depuis plusieurs années, on retrouve une quasi-unanimité sur la question des changements climatiques.[1] La planète se réchauffe et l’humain se doit de trouver des solutions pour diminuer son empreinte écologique. Parmi celles-ci, on retrouve l’électrification des transports dans la province de Québec. Le gouvernement a mis en place le Plan d’action en électrification des transports 2015-2020.[2] Ce projet a plusieurs buts tels qu'encourager la hausse de véhicules électriques au Québec, d’être en action contre les changements climatiques, de diminuer la dépendance au pétrole, de l’orienter vers l’électricité québécoise et de participer au développement économique de la province. Produite en grande quantité, l’hydroélectricité est un choix parfait pour permettre une transition facile, rapide et peu coûteuse pour les déplacements. Pour ces raisons, le transport collectif devient de plus en plus électrique et l’ajout de bornes de recharge de plus en plus populaire et nécessaire.

Dans la MRC de Maskinongé, on ne fait pas exception. L’ajout de ces bornes prend de plus en plus de place. Avec le Projet mauricien de déploiement des bornes électriques, on veut déployer un maximum de bornes de recharge pour permettre aux municipalités de se connecter entre elles ainsi que de permettre une augmentation du tourisme.[3] D’ici l’automne 2019, il y aura un ajout de 43 nouvelles bornes de recharge dans la Mauricie, dont neuf dans la MRC de Maskinongé. Parmi les municipalités participantes, on retrouve Saint-Mathieu-du-Parc, Saint-Paulin, Sainte-Angèle-de-Prémont, Maskinongé, Sainte-Ursule, Saint-Justin, Charette, Saint-Boniface et une dernière borne qui sera installée à l’établissement de la MRC de Maskinongé. De plus, ces bornes de recharge seront construites et assemblées dans l’usine AddEnergie située à Shawinigan.[4] Avec une augmentation croissante des véhicules hybrides et électriques dans la province, ces stations vont se multiplier dans le paysage maskinongeois.

Dans un blogue précédent de Maski.quebec écrit en février 2017, Jennifer St-Yves-Lambert, agente de développement culturel et touristique à la MRC de Maskinongé, explique les différents endroits où l’on retrouve ces fameuses bornes de recharge.[5] Plusieurs utilisateurs de véhicules électriques vont choisir de visiter des endroits où l’on retrouve ces fameuses stations. On appelle cette activité le tourisme électrique. Durant la recharge, les gens peuvent visiter les attraits du coin. Maintenant, avec le nombre grandissant des bornes ainsi d’un temps d’attente de plus en plus court, les personnes vont pouvoir augmenter leur rayon de déplacement dans la MRC de Maskinongé et aussi au Québec.

L’électrification des transports est le début d’une longue révolution dans le domaine de l’automobile. Plusieurs pays ont fixé la limite où il sera interdit d’avoir un véhicule utilisant de l’énergie fossile. Par exemple, la Grande-Bretagne a choisi 2040 pour l’arrêt de ventes de ce type de véhicules et ils visent 2050 pour que toutes les autos soient avec zéro émission.[6] Pour espérer changer rapidement l’énorme impact écologique que représente le transport, on doit mettre en place une structure électrique pour permettre aux gens de changer leurs habitudes de consommations. Avec des petits gestes, petit train va loin!

À propos de Pascal Baril-Sabourin

Pascal Baril-Sabourin travaille à la SADC de la MRC de Maskinongé comme chargé de projets en développement durable. Il détient deux baccalauréats, le premier en histoire et le deuxième en administration des affaires profil marketing. Passionné par l’environnement et curieux sur tous les sujets, il veut s’impliquer pour faire une différence pour changer les habitudes et amorcer un virage plus vert dans la société. Avec des petits gestes, il croit qu’ils seront le début d’un vent de changement dans sa MRC.

Tous les articles

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire