Saint-Léon-le-Grand



28 novembre 2019
Écrit par :

Un air de déjà vu!

En me promenant dans les chemins de Saint-Léon-le-Grand, j’avais l’impression de retrouver un peu de mon enfance. Je reconnaissais les champs à perte de vue et les ilots de forêt qui ont toujours semblé abriter des univers merveilleux dans ma tête de petite fille. Le son des oiseaux et le bourdonnement des insectes a aussi toujours eu le don de me rappeler que je fais partie d’un écosystème riche, intelligent et beaucoup plus grand que moi.

C’est beau, à Saint-Léon-le-Grand! Quand je me suis promenée au village, mon air de déjà vu se confirmait par toutes ces gentilles personnes qui me saluaient comme si elles me connaissaient déjà. Elles voyaient que j’étais là et semblaient même s’intéresser à moi. Je n’ai rien contre l’anonymat de la ville, on s’y réinvente toujours un peu! Mais à St-Léon-le-Grand, j’ai trouvé quelque chose d’essentiel… Je m’y suis sentie un peu chez moi très rapidement même si c’était la première fois de ma vie que j’y mettais les pieds!
Saint-Léon-le-Grand

Une rencontre authentique

J’y ai rencontré René. Il est venu me voir alors que j’étais bien concentrée à prendre en photo les vaches de son frère, qui habite sur le même rang que lui. « Après 41 ans à faire carrière à l’extérieur, il était clair que j’allais revenir. C’est chez nous, ici. », m’a-t-il dit. Il m’a fait visiter son jardin et m’a donné un sac rempli de tomates. Il allait les canner le lendemain, j’arrivais au bon moment. De sa cour, la vue était splendide. Les vallons avaient quelque chose de joyeux et la fierté qu’il avait à me faire visiter son coin de paradis en disait long sur son bonheur d’y vivre. Il s’est bâti une belle serre pour ses pousses au printemps… Et pour regarder les étoiles aussi, m’a-t-il confié.

Les étoiles à Saint-Léon-le-Grand, sr Estelle Lacoursière, Ursuline, originaire de Saint-Léon-le-Grand, m’en a parlé aussi. Elle les admirait chaque soir, en marchant sur son rang pour aller jouer aux cartes avec son grand-père, après avoir fait ses devoirs… Une tradition qui a marqué son enfance. « C’était l’immensité » m’a-t-elle dit. On aurait dit que j’en voyais encore un peu dans ses yeux au moment où elle me disait cela. Est-ce ce qui l’aurait inspirée, plus tard, dans sa brillante carrière de biologiste? Saint-Léon-le-Grand a de quoi être fier! La première femme à obtenir une maîtrise en sciences forestières et à contribuer de façon significative à l’éducation et à la promotion du respect de l’environnement provient de chez eux. Sr Estelle Lacoursière, est l’une des quatre personnalités du Québec à qui un arbre commémoratif est dédié, au Jardin Botanique de Montréal… Sans parler des autres nombreux honneurs qui lui ont été décernés!

Lire la version intégrale du texte
Carrefour jeunesse-emploi MRC de Maskinongé

À propos de Carrefour jeunesse-emploi MRC de Maskinongé

Le Carrefour jeunesse-emploi MRC de Maskinongé est la porte d'entrée de tous les jeunes adultes âgés de 16 à 35 ans pour des services personnalisés d'aide à la recherche d'emploi, d'orientation scolaire et professionnelle, de sensibilisation à l'entrepreneuriat et de développement de projets.

Les services du Carrefour sont offerts aux résidants de : Louiseville, Saint-Alexis-des-Monts, Saint-Barnabé, Saint-Paulin, Saint-Édouard-de-Maskinongé, Maskinongé, Saint-Justin, Saint-Léon-le-Grand, Saint-Sévère, Sainte-Angèle-de-Prémont, Sainte-Ursule et Yamachiche.

Tous les articles

1 réponse

  1. Merci pour votre très bel article, il est très inspirant. J'ai visité St-Léon et je suis aussi tombée sous le charme. Je comprends les jeunes qui ont le goût de s'y installer et se bâtir un nouvel univers, plus terre-à-terre. J'en habite un tout aussi charmant, depuis peu, il s'agit de Sainte-Ursule... peut-être cela sera-t-il le sujet de votre prochain article? Merci, Andrée

Ajouter un commentaire