La gestion des matières résiduelles : saura-t-on y faire face?



3 avril 2017
Écrit par :

Me trouvez-vous étrange de vouloir encore vous parler de matières résiduelles? Probablement, mais ça va, je m’assume pleinement! Voyez-vous, c’est un enjeu réel dans notre MRC comme ailleurs. Au Québec, nous avons la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles. Cette politique, « vise à créer une société sans gaspillage […], et son objectif fondamental est que la seule matière résiduelle éliminée au Québec soit le résidu ultime. »1 Donc, ultimement nous n’aurions plus de déchets (ou presque!). Toutes les régions du Québec sont assujetties aux objectifs de la politique, mais chaque région évolue à un rythme différent. Et c’est suivant ce raisonnement que m’est venue la question suivante : où en sommes-nous dans la MRC de Maskinongé?

C’est génial parce qu’en 2015, le nouveau portrait du système de gestion des matières résiduelles (GMR) de la MRC de Maskinongé a été publié (le caractère génial découle du fait que nous avons des données récentes 🙂 ). On y constate notamment que nous avons encore du travail à faire. Voici, à titre d’exemple, l’état de la récupération du papier-carton. Je me permets d’inscrire les données de la MRC de Coaticook et de Portneuf (régions choisies au hasard) afin d’avoir des éléments de comparaison.

Secteur Pourcentage de récupération
MRC de Maskinongé / Année de référence 2014
Résidentiel 66 %
Industries, Commerces et Institutions (ICI) 28 %
MRC de Coaticook / Année de référence 2012
Résidentiel 72 %
Industries, Commerces et Institutions (ICI) 53 %
MRC de Portneuf / Année de référence 2012
Résidentiel 72 %
Industries, Commerces et Institutions (ICI) 61 %

Comme dans les MRC de Coaticook et de Portneuf, nous avons encore beaucoup de travail à faire pour améliorer le taux de récupération du papier-carton (et pour les autres matières évidemment). Le taux de récupération de 28 % du secteur des Industries, Commerces et Institutions (ICI) fait particulièrement sursauter. Pas de panique cela dit, on peut s’améliorer. Comment? Premièrement, en suivant de près l’évolution du Plan de gestion des matières résiduelles conjoint 2016-2020 de la Mauricie. Certaines actions ambitieuses pourraient nous permettre de nous améliorer grandement! Deuxièmement, nous pouvons nous inspirer de plein de belles initiatives relatives à une optimisation de la GMR tout autour de nous. Par exemple, concernant le secteur ICI, on retrouve au Centre-du-Québec le « Défi, on recycle ». Initié par la Chambre de commerce et d’industrie du Cœur-du-Québec ainsi que par la SADC de Nicolet-Bécancour, c’est là un service d’accompagnement en GMR offert gratuitement aux ICI et PME de leur territoire. Il me semble que ça serait pertinent ici aussi!

Alors, regardons autour de nous et inspirons-nous de belles initiatives existantes. Je vous le dis, on peut juste s’améliorer et oui nous saurons faire face aux défis de la GMR!


1 http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/matieres/pgmr/

Marie-Pier Bédard

À propos de Marie-Pier Bédard

Marie-Pier Bédard travaille à la SADC de la MRC de Maskinongé depuis 2010. Elle détient un baccalauréat en droit et une maîtrise en gestion de l'environnement. Comme conseillère en développement local et durable à la SADC, elle travaille à la sensibilisation au développement durable des élus municipaux, des entrepreneurs et de la collectivité en général. Son travail se divise en deux volets. D’une part, Marie-Pier œuvre comme agente de développement local et contribue ainsi à dynamiser la MRC de Maskinongé, milieu pour lequel elle a un attachement profond. D’autre part, elle s’occupe des dossiers entourant l’accompagnement des entreprises en développement durable. Elle siège également sur le comité de développement durable de la MRC de Maskinongé, ainsi que sur le conseil d’administration de la Réserve mondiale de la biosphère du Lac-Saint-Pierre.

Tous les articles

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire