Consommer de la CULTURE pour vivre en santé



24 octobre 2017
Écrit par :

Pour être en santé, il faut manger des carottes, faire du vélo et bien dormir? Est-ce que c'est à peu près l'idée que vous vous faites des moyens à prendre pour rester en santé? Ma formulation est un peu réductrice, mais j'exagère à peine. La plupart des gens croit, et probablement avec raison, qu'une alimentation saine, une bonne dose d'exercice physique et des moments pour se reposer forment le trio gagnant de comportements à adopter pour demeurer en santé.

Je suis loin d'être une professionnelle de la santé, mais je suis persuadée que c'est beaucoup plus compliqué que ça en a l'air. Il y a un éventail de facteurs qui viennent influencer notre santé physique et mentale et il y en a un auquel vous n'aurez peut-être pas pensé en premier : le contact avec la culture.

Récemment, avec des collègues, j'ai assisté à un colloque intitulé « Porteurs de culture, vecteur de santé » qui avait justement comme objectif de montrer l'apport de la culture à la santé des communautés. À Saint-Camille, en Estrie, plusieurs spécialistes des milieux de la santé et de la culture sont venus nous entretenir sur différents sujets et ont donné de nombreux exemples. Tous en viennent au même constat : le contact avec la culture aide les gens à être en santé.

Je ne vais pas entrer dans les détails très pointus, mais j'ai quelques exemples frappants qui me viennent en tête et que vous aimerez peut-être connaître. Une médecin a recensé des études portant sur l'impact des arts dans le rétablissement d'une personne malade, et elle a été en mesure de démontrer qu'il y avait des preuves biologiques probantes que l'engagement dans un processus créatif pouvait améliorer la condition du patient. Une étude suédoise sérieuse a d'ailleurs montré que le fait de fréquenter souvent des événements culturels diminuait de 3 fois le risque de décéder d'un cancer.

Alors, si on considère que le contact avec les arts a une réelle influence sur la santé, on peut créer de magnifiques projets pour la collectivité. On a eu l'exemple de la Wapikoni Mobile qui offre un studio d'enregistrement aux jeunes des Premières Nations, leur permettant de réaliser des films ou de la musique. Ces jeunes Autochtones peuvent s'exprimer au moyen de l'art cinématographique. Le but est aussi de réduire la consommation de drogues et de diminuer les idées suicidaires chez ces jeunes.

À Lac-Mégantic et dans la MRC du Granit, il y a eu un projet collectif de création d'une pièce de théâtre dans le cadre de La Grande cueillette des mots. Tous les citoyens ont pu s'exprimer sur un thème lié à la tragédie du déraillement de train dans des cahiers de parole, notamment. Pour beaucoup, le fait d'écrire ce qu'ils ressentaient a énormément aidé dans leur processus de rétablissement par rapport au traumatisme vécu.

À Vaudreuil-Dorion, la mise sur pied d'activités culturelles participatives a été au cœur de la solution à un défi lié au boom démographique que la ville a connu, résultat d'une importante vague d'immigration. Dans un but d'intégration, de rencontre et de création d'un sentiment d'appartenance, le projet Je suis… a permis de relever le défi de la diversité.

Bref, il y a plusieurs façons de mettre la culture au centre de nos vies, et cela a de réels bénéfices pour notre santé : physique, mentale, sociale. On peut faire de la peinture avec les enfants et rire en se salissant; on peut apprendre à jouer d'un instrument de musique et commencer à n'importe quel âge; on peut aller au théâtre entre amis et découvrir de nouveaux comédiens. Il n'y a pas de limites à ouvrir son esprit aux arts et à la culture! Allez-y et restez en santé!

Jennifer St-Yves-Lambert

À propos de Jennifer St-Yves-Lambert

Jennifer St-Yves-Lambert travaille à la MRC de Maskinongé en tant qu’agente de développement culturel et touristique. Elle participe à la réalisation d’initiatives culturelles dont la MRC de Maskinongé est collaboratrice ou promotrice, pour le développement du milieu. Détentrice d’un baccalauréat en études françaises et d’une maîtrise en lettres, elle est une amoureuse de la culture québécoise et de son territoire natal. Sa mission : contribuer au rayonnement des artistes et artisans de Maskinongé qui façonnent, par leur créativité inspirante, notre culture unique.

Tous les articles

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire