Des gens heureux



13 mars 2017
Écrit par :

« Il était une fois des gens heureux, C’était en des temps plus silencieux… » Si la chanson le dit, ça doit être vrai! Le silence. C’est tellement une denrée rare de nos jours. Et c’est tellement ce que j’apprécie le plus aussi quand il survient. Nos amis qui viennent à la maison vous diraient que le silence est présent en permanence chez nous. C’est sûr! Parce qu’on vit dans le bois, près d’un joli lac, avec peu de gens autour. Régulièrement, je côtoie chevreuils, renards, castors, canards et outardes. Et on n’entend que le chant des oiseaux... et quelques maudites corneilles à l’occasion… mais pour l’image bucolique que ce texte doit vous procurer, on va laisser tomber les corneilles! Je n’ai même pas un voisin fatiguant qui écoute de la musique trop forte. Rien. Le silence. Vous comprendrez que notre quotidien est différent de celui de bien du monde. C’est pour cette raison que lorsqu’on a quelques jours de congé, on aime s’exiler en ville. Non pas pour y vivre, mais pour profiter de cette urbanité et pour mieux apprécier ce que l’on vit à chaque jour.

Lac à Saint-Alexis-des-Monts

Récemment, nous sommes allés à Laval avec les enfants. Un tourbillon de consommation! Parce qu’il faut se le dire, en ville, les tentations sont grandes… Y’a un commerce au pouce carré! Nous sommes donc arrêtés dans un resto italien fort sympathique. Le serveur nous demande d’où nous venons. Faut croire qu’on avait l’air des touristes! Mais, je vous assure qu’on n’avait pas d’appareil photo dans le cou! Bref, nous lui mentionnons que nous demeurons en Mauricie, dans le secteur de Maskinongé, plus précisément à Saint-Alexis-des-Monts. Son regard s’illumine et il nous dit que c’est super beau comme endroit, puisqu’il y est déjà allé en motoneige. Et il nous lance « Quelle chance vous avez de vivre là-bas! J’échangerais ma vie demain matin avec la vôtre! » VLAN DANS LES DENTS! On échange un peu sur la vie des citadins et il nous pointe du doigt, les nouvelles tours à condo qui sont à vendre. 390 000 $ pour un condo 4 et demi. Comment les gens arrivent-ils à payer ça? Il me mentionne que lui et sa conjointe ne peuvent pas s’acheter une maison correcte, mais bien ordinaire dans le secteur qu’ils veulent malgré leurs bons salaires. Autres réalités, autres mœurs! Bien sûr, les dépenses de voiture et d’essence ne sont pas les mêmes. Bien sûr les salaires sont différents, bien sûr il y a des économies d’achats regroupés, mais néanmoins, la vie économique est très différente. Je saisis à ce moment la chance que nous avons d’avoir ce que l’on a. Notamment, en sachant que vivre dans le bois, dans un silence prisé, n’est pas donné à tout le monde, même aux gens les plus près physiquement de nous. Sommes-nous plus heureux? La réponse varie d’une personne à l’autre. Mes enfants vous diraient que ça dépend des jours! C’est le tourbillon de consommation décrit un peu plus haut qui les attire! Certes, nous vivons avec les aléas de la nature et quelques mouches noires en saison, mais on savoure chaque moment de ce silence quand on se retrouve chez soi. Ça vaut bien plus qu’un condo 4 et demi à 390 000 $, en plein cœur d’un quartier branché de Laval! J’avoue que c’est quelquefois irréel… on a 5, 6 chevreuils dans la cour à chaque matin et on a la fibre optique à la maison! Que demander de plus?

Oui! On est des gens heureux et on échangerait notre vie pour rien au monde. On vous invite? Ne vous inquiétez pas! On fournit le Muskol et la calamine! Par ici la visite! Vous aurez vous aussi la piqûre!

Pascale Plante

À propos de Pascale Plante

Détentrice d’un bacc en communication, management et marketing, ainsi que d’un DESS en développement touristique de l’Université Laval, Pascale Plante est coordonnatrice du développement touristique et culturel de la MRC de Maskinongé. Elle voit notamment à la gestion du Bureau d'information touristique (BIT) de la MRC de Maskinongé, situé à la halte routière de Maskinongé, et travaille sur différents projets touristiques et culturels dans la région. Citoyenne de Saint-Alexis-des-Monts et grande consommatrice de l’offre locale, Pascale Plante est très attachée à sa région natale. Elle se distingue notamment par son entregent, son sens de l’organisation et sa fougue.

Tous les articles

2 réponses

  1. Entièrement d'accord avec toi Pascale! L'air pur et le silence valent bien tout le "shopping" du monde pour moi...même si l'éloignement peut peser "un peu" à l'occasion...
  2. Tout à fait d'accord avec toi. En dehors des propos de ton texte (le silence) j'ajouterais la qualité et la fraternité des gens qui habitent la région. Ce calme et ce décor apportent une candeur et une paix à ses habitants que jalouse tout citadin de grande municipalité. Tes propos me font quasiment regretter la mise en vente de mon chalet !!!! Amitié Jacques

Ajouter un commentaire