Journée de femmes



28 septembre 2017
Écrit par :

Je me réserve annuellement le plaisir (qui est en voie de devenir une tradition) d’organiser une « journée de femmes » en compagnie de trois dames d’exception : ma mère, ma tante et une amie de ces dernières. C’est ce que j’ai fait avec plaisir un beau samedi du mois d’août 2017 dans notre belle MRC. Le concept de ces journées consiste à découvrir de beaux endroits et points de vue ainsi que de profiter pleinement de ce que notre destination a à nous offrir. Je peux vous dire que notre journée a pleinement rempli ses promesses.

Qui ne connaît pas Saint-Élie-de-Caxton et son conteur emblématique? De nom, certainement tout le monde la connaît, mais en vivre l’expérience à la manière de Fred Pellerin, c’est une autre chose. Nous avons donc commencé notre périple en faisant la visite audio-guidée du village de Saint-Élie-de-Caxton où nous sommes facilement entrées dans l’univers particulier de Fred Pellerin. Il fallait voir mes amies rigoler de bon cœur lorsque Fred a abordé les cinq sœurs qui auraient fait le « vœux de textile » et les coupes de cheveux de Méo le coiffeur, de plus en plus échevelées avec la journée qui avançait! Et le fameux arbre à paparmane dont, semble-t-il, les fruits rapetissent en séchant pour devenir les bonbons que l’on connaît.

Après la visite, nous en avons profité pour aller contempler le panorama sur la montagne du calvaire, située derrière l’église et nous imprégner de sérénité du site. On a une vue imprenable sur les alentours et sur les installations fraîchement rénovées.

Arbre à paparmane de Saint-Élie-de-Caxton

Calvaire de Saint-Élie-de-Caxton

Revenues sur le plancher des vaches, nous n’avons pas pu résister aux petites douceurs des artisans locaux de la boutique tenue par la Fabrique de Saint-Élie-de-Caxton. On y trouve de tout dont un beurre de citrouille délicieux qui agrémente depuis mon petit déjeuner!

La marche ayant creusé notre appétit, nous sommes allées nous restaurer au Rond Coin, endroit reconnu pour ses gridchises qui en valent le détour. Avec une bonne bière de microbrasserie, on était au paradis (afin de rester dans l’ambiance de la montagne du calvaire!). Et question aussi de prolonger le plaisir, nous sommes passées par la Boulangerie du bon pain... croûte que croûte pour ramener une miche du pain que nous avions dégustée au dîner, le tout servi avec le sourire et la bonne humeur en plus!

Nous avons enfin emprunté le magnifique tronçon de la route des lacs à la sortie de la municipalité pour nous diriger vers Saint-Mathieu-du-Parc. Cette route est l’illustration parfaite de la maxime qui dit que l’important ce n’est pas la destination mais le voyage lui-même. Difficile pour la conductrice de rester concentrée sur le bitume! Je me promets de revenir lorsque les couleurs s’afficheront dans toutes leurs splendeurs!

Chemin du Calvaire de Saint-Élie-de-Caxton

Notre destination, l’Amphithéâtre en forêt, où la pièce « Merlin l’origine d’une légende » a tenu l’affiche tout l’été, est située dans un décor des plus enchanteurs. Malgré que les représentations soient terminées, on peut y accéder en tout temps pour voir ce magnifique aménagement en milieu naturel, qui peut accueillir toute sorte d’événements que ce soit des spectacles ou même des mariages. Vous imaginez vous marier dans un tel décor?!

Amphithéâtre au coeur de la forêt, Saint-Mathieu-du-Parc

De plus, situé au même endroit, on a accès gratuitement au Parc récréoforestier, qui compte plusieurs kilomètres de sentiers balisés (débutant à intermédiaire) d’une longueur variant de 1,5 à 11,2 kilomètres. Avec les couleurs de l’automne, ça vaut le détour!

Nous avons passé une magnifique journée dans les deux municipalités qui ont encore beaucoup à offrir. Morale de cette histoire : bien que nul ne soit prophète en son pays, faites un missionnaire de vous-même et prenez le temps de découvrir ces bijoux souvent mieux connus des touristes que des résidents de la MRC! Allez en paix…

Isabelle Bordeleau

À propos de Isabelle Bordeleau

Isabelle Bordeleau travaille à la MRC de Maskinongé en tant qu'agente de développement du territoire. Ayant été directrice générale du Forum jeunesse Mauricie (FJM) pendant 12 ans, elle a collaboré à maintes reprises avec les acteurs du milieu, ainsi que plusieurs élus, notamment au Conseil d’administration de la Conférence régionale des élus (CRÉ) de la Mauricie.

Tous les articles

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire