Partir pour mieux revenir



29 mars 2017
Écrit par :

Je suis originaire de la Mauricie et j’ai toujours considéré la région comme mon chez-moi, peu importe où j’ai habité dans ma vie. Comme bien des jeunes, à la fin mon secondaire, j’avais besoin de changer d’air, de sortir de ma zone de confort et de passer à autre chose. J’ai eu l’opportunité d’aller étudier en Estrie pendant 5 ans. À ce moment-là, je tournais une page et je m’étais bien promis de ne JAMAIS revenir! À la fin de mes études, la grande Ville m’a invitée à y travailler. Bon, je travaillais sur la Rive-Sud de Montréal, mais pour moi, le 514 et le 450, c’était du pareil au même. Je suis restée sur la Rive-Sud pendant quelques années.

Au fil des années, mon niveau de stress de vie augmentait et ma patience diminuait. Je suis même déménagée en banlieue pour m’éloigner de la vie urbaine et de sa folie. Malgré tout, je me sentais encore trop près de la Ville.

Au même moment, la compagnie pour laquelle je travaillais affichait un poste de représentante en Mauricie. Alléluia! C’était ma chance de revenir en région, à la maison, chez moi; de retrouver ma zénitude et mon petit bonheur tranquille. Depuis ces années, j’avais eu l’occasion de faire la paix avec les raisons qui m’avaient poussée à partir et j’étais prête à revenir chez moi. Peu importe où j’ai habité au cours de ma vie, la Mauricie a toujours été mon chez-moi. Elle a ce petit je-ne-sais-quoi qui nous ramène à elle. Il ne faut jamais dire jamais dit-on…

À ce moment-là, j’ai pris mon petit bonheur et je suis partie à la recherche de mon nouveau chez-moi. Après un moment, j’ai loué une petite maison en campagne. J’avais une maison et un très grand terrain et je payais moins cher que mon petit 4½ en banlieue de Montréal! En prime, mon seul trafic : les tracteurs que je croisais sur mon chemin et qui me ralentissaient parfois. La belle vie!

Coucher de soleil et tracteur

Quelques années plus tard, j’ai rencontré mon conjoint et nous avons fondé une famille. Nous étions à la recherche d’une petite maison à nous, en dehors de la ville. Par la ville, je parle ici de Trois-Rivières. En contactant une spécialiste en or dans le domaine de l’immobilier, nous avons réussi à trouver notre maison dans la MRC DE MASKINONGÉ!

Depuis la dernière année, j’ai la chance de travailler pour Place aux jeunes MRC de Maskinongé. Quel merveilleux projet! Si j’avais pu le connaître avant de revenir et même avant de m’établir dans la MRC, ça m’aurait été d’une grande aide.

À mon retour, j’avais encore des contacts dans la région, mais comme j’avais fait mes études et mon début de vie professionnelle à l’extérieur, j’ai dû recréer mon réseau de contacts autant personnel que professionnel. Même si je revenais dans ma région, je me sentais perdue.

Place aux jeunes offre un soutien incroyable aux jeunes professionnels (avec un diplôme postsecondaire) de 18 à 35 ans, intéressés par la MRC, à s’établir (ou revenir!) dans la région. En tant qu’agente de migration, je peux les aider à trouver un emploi, un logement ou une maison, une garderie et à développer leur réseau de contacts pour favoriser leur intégration personnelle et professionnelle. En résumé, je suis la personne pivot dans la région pour faciliter les démarches et l’arrivée des personnes désirant s’établir dans la MRC. De plus, les services offerts sont sans frais.

Depuis mon retour, j’ai eu quelques opportunités pour retourner travailler dans le 450, mais pour toutes les raisons suivantes (et bien d’autres), j’ai tout simplement envie de rester chez moi :

  • Du trafic, quel trafic ? (dans la MRC, il n’y a seulement que 2 feux de circulation… 🙂 );
  • 123 000 $, le prix médian d’une maison avec des terrains moyens de 15 000 à 20 000 pieds carrés (ai-je besoin d’en dire plus... le prix médian d’une maison avec très peu de terrain à Montréal est de 405 000 $);
  • 2 500 km2 pour faire du plein air et des activités à profusion;
  • Des gens de cœur, accueillants et engagés dans leur région;
  • Une tranquillité d’esprit sans pareil;
  • À mi-chemin entre Montréal et Québec, il est très facile d’y faire une escapade pour la journée.

Un membre de votre famille ou un ami vous manque?
Vous souhaitez vous installer ou revenir en région?
N’hésitez pas à me contacter!
Je vous attends. 🙂

Psst... en passant, si vous voulez plus d'informations sur Place aux jeunes MRC de Maskinongé, joignez-vous à nous lors de notre bières et saucisses le 20 avril prochain!

Lysanne Côté

Lysanne Côté
Agente de migration Place aux jeunes
Carrefour jeunesse-emploi MRC de Maskinongé

 

Carrefour jeunesse-emploi MRC de Maskinongé

À propos de Carrefour jeunesse-emploi MRC de Maskinongé

Le Carrefour jeunesse-emploi MRC de Maskinongé est la porte d'entrée de tous les jeunes adultes âgés de 16 à 35 ans pour des services personnalisés d'aide à la recherche d'emploi, d'orientation scolaire et professionnelle, de sensibilisation à l'entrepreneuriat et de développement de projets.

Les services du Carrefour sont offerts aux résidants de : Louiseville, Saint-Alexis-des-Monts, Saint-Barnabé, Saint-Paulin, Saint-Édouard-de-Maskinongé, Maskinongé, Saint-Justin, Saint-Léon-le-Grand, Saint-Sévère, Sainte-Angèle-de-Prémont, Sainte-Ursule et Yamachiche.

Tous les articles

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire