Vert, le transport électrique!



26 février 2019
Écrit par :

Mardi dernier, j’ai eu le plaisir d’assister à la pièce de théâtre J’aime Hydro de la talentueuse Christine Beaulieu. Il s’agit d’une pièce de théâtre documentaire dans laquelle Christine porte à notre attention la relation (presqu’au sens de relation amoureuse, avec ses hauts et ses bas) qu’entretiennent les Québécois et Hydro-Québec. La pièce, qui dure plus de trois heures, pose des questions importantes sur l’hydro-électricité, sur l’impact environnemental et le coût économique de la construction de nouveaux barrages au Québec, sur l’efficacité énergétique, sur la production de surplus d’électricité. Bref, des sujets « chauds » qui font réfléchir et qui donnent le goût de s’informer encore mieux, comme citoyen. Car c’est ce que Christine a fait, elle a mené une véritable enquête citoyenne pour nous sensibiliser à ces enjeux qui semblent parfois tellement plus grands que nous. J’ai vraiment aimé le fait que Christine dise qu’elle ne se sentait pas toujours à la hauteur dans son enquête, étant donné qu’elle n’est pas spécialiste du sujet, mais qu’elle poursuive quand même ses investigations, un peu avec naïveté, et qu’elle en vienne à une conclusion intelligente, réfléchie et éclairée. C’est le point de vue d’une citoyenne « comme tout le monde », mais qui pose les vraies questions! Si vous n’avez pas eu l’occasion de voir la pièce, je vous invite fortement à la lire.

Christine est également la porte-parole des « Rendez-vous branchés » d’Équiterre, et elle conduit un véhicule électrique, une Nissan Leaf 100 % électrique, comme la mienne! D’ailleurs, elle raconte son choix et son engagement dans la pièce J’aime Hydro ainsi que son road trip spectaculaire sur la Côte-Nord avec sa voiture électrique. Elle est la première personne à s’être rendue à Havre-Saint-Pierre en voiture 100 % électrique (lire son aventure ici). Un mélange de courage et, selon moi, d’insouciance l’a menée vers ce voyage qui lui a permis de rencontrer des personnes clés pour son enquête et de constater qu’il y a encore beaucoup à faire pour le déploiement de bornes de recharge pour voitures électriques dans notre grand Québec.

En fait, ces derniers temps, on observe une croissance exponentielle dans la vente d’autos électriques au Québec. C’est certain que de nouveaux modèles plus abordables et intéressants en termes d’autonomie arrivent sur le marché. Les spécialistes s’entendent pour dire que, d’année en année, les ventes augmentent de l’ordre de 70 %, environ. C’est énorme! Il y a donc vraiment un désir chez les consommateurs de faire le virage électrique. Plus de voitures électriques, ça veut nécessairement dire que nous aurons besoin de plus de bornes de recharge pour ces voitures. Et c’est là qu’un projet de concertation de la Mauricie, initié par la MRC de Maskinongé, prend tout son sens.

Un nouveau VUS 100% électrique, le Hyundai KonaUn nouveau VUS 100% électrique, le Hyundai Kona

Les MRC de Maskinongé, des Chenaux, de Mékinac, la Ville de Shawinigan ainsi que la Ville de La Tuque ont décidé de s’asseoir ensemble pour réfléchir au déploiement d’une infrastructure de recharge en Mauricie afin de faciliter l’accès à l’ensemble du territoire pour les conducteurs de voitures électriques. Dans ce projet complémentaire avec l’implantation de bornes rapides annoncée par le Circuit électrique d’Hydro-Québec, quarante-trois bornes régulières réparties sur le territoire des partenaires mentionnés ci-haut sont prévues. Ces bornes régulières, également connectées au réseau du Circuit électrique, sont appelées « à destination ». Elles permettent de recharger la voiture en 3 à 6 heures, tout dépendant de la grosseur de la batterie et du niveau de charge de celle-ci, et sont utilisées quand on doit rester longtemps au même endroit. Le projet est présentement en attente de financement pour sa réalisation. Le dossier a été déposé au FARR (Fonds d’appui au rayonnement des régions), et on croise les doigts pour que la réponse soit positive.

À gauche, une borne rapide. À droite, une borne régulièreÀ gauche, une borne rapide. À droite, une borne régulière

Pour la Mauricie, ce serait une belle avancée en matière d’accessibilité pour les propriétaires de voitures électriques. Pensons aux touristes qui seront beaucoup plus enclins à venir nous visiter à bord de leur voiture électrique, de Maskinongé à La Tuque, en passant par Champlain, Shawinigan et Saint-Tite!! Pensons également aux citoyens de la Mauricie qui travaillent dans une municipalité, mais résident dans une autre. Le passage au transport électrique serait bien plus facile si plus de bornes étaient disponibles. Pour moi, propriétaire d’une Nissan Leaf, je considère qu’il n’y a que des avantages. Pour la collectivité, je vois une Mauricie qui se prend en main et pose des gestes concrets pour la diminution des gaz à effet de serre (GES) sur son territoire. Imaginez, une voiture électrique produit 65 % moins de GES qu’une voiture à essence (au Québec et sur une utilisation de 150 000 km). Si on conserve l’auto pour un 300 000 km, c’est 80 % moins de GES (source : Hydro-Québec). Une réduction immense!

Je pense que Christine Beaulieu, qui vient de la Mauricie, serait très fière de ce projet de concertation pour l’avenir du transport électrique dans sa région natale!

Jennifer St-Yves-Lambert

À propos de Jennifer St-Yves-Lambert

Jennifer St-Yves-Lambert travaille à la MRC de Maskinongé en tant qu’agente de développement culturel et touristique. Elle participe à la réalisation d’initiatives culturelles dont la MRC de Maskinongé est collaboratrice ou promotrice, pour le développement du milieu. Détentrice d’un baccalauréat en études françaises et d’une maîtrise en lettres, elle est une amoureuse de la culture québécoise et de son territoire natal. Sa mission : contribuer au rayonnement des artistes et artisans de Maskinongé qui façonnent, par leur créativité inspirante, notre culture unique.

Tous les articles

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire