François et Simon, ambassadeurs nature



18 octobre 2018
Écrit par :

En écrivant les premières lignes de ce texte, j’ai en tête le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) publié au début du mois d’octobre. Le constat fait par le GIEC est plus sombre que jamais. Notre climat planétaire va mal mesdames et messieurs et, pourtant, j’ai le goût de vous parler de ce qui va bien à l’échelle de notre MRC. Je suis d’avis que c’est par le positif et par du concret à l’échelle locale que nous arriverons à faire changer les comportements qui nous mènent vers un dérèglement climatique.

Aujourd’hui, je débute une série de textes sur les ambassadeurs de la MRC de Maskinongé. En devenant ambassadeurs, ils ont décidé « d’adopter » un lieu écologique afin de le faire connaître davantage et de contribuer à sa protection. Je fais le pari qu’en vous les présentant et en présentant les lieux qu’ils ont adoptés, vous comprendrez peut-être un peu mieux, chers lecteurs, à quel point nous sommes liés à notre environnement naturel et combien nous avons des milieux naturels d’exception dans la MRC de Maskinongé.

Dans le présent texte, j’aimerais vous parler de François de Montigny, de la Coopérative Aux berges du lac Castor à Saint-Paulin et de Simon Sansregret de Saint-Boniface qui ont tous les deux décidé d’adopter un milieu aquatique. Comme le mentionnait ma collègue Audrey Larochelle dans un blogue publié sur Maski.quebec en mars dernier, la qualité de l’eau est un enjeu important dans la MRC de Maskinongé (voir le bilan environnemental de la MRC pour plus de détails).

François de Montigny

Notre ambassadeur nature François a décidé d’adopter le lac Castor. Comme il le mentionne dans une vidéo qui sera publiée sous peu sur la page Facebook de la SADC de la MRC de Maskinongé, ce lac est l’un des attraits principaux de la Coopérative aux berges du lac Castor, en plus d’être le milieu naturel des batraciens (ouaouarons). En ce sens, la coopérative s’investit dans de la sensibilisation et de l’éducation auprès de sa clientèle, et plus particulièrement auprès des enfants par la création de la brigade des grenouilles! Sur le site Internet de la coopérative, on peut lire une phrase qui résume bien la philosophie de François et de son équipe : la coop est un lieu où la magie de l’homme rencontre la beauté de la terre… Bravo à toi François et à tous ceux qui t’accompagnent dans cette préservation du lac Castor et de sa biodiversité!

Simon Sansregret

Pour sa part, notre ambassadeur nature Simon a décidé d’adopter le lac Héroux à Saint-Boniface. Comme il le mentionne lui aussi dans une vidéo (suivez notre page Facebook dans les prochains jours), Simon est un amoureux de la nature et des lacs. Il utilise le lac pour nager et faire du kayak. Mais Simon ne fait pas qu’utiliser le lac, il travaille bénévolement, avec d’autres citoyens, à sa protection. Simon est en effet président de l'Association des riverains du lac Héroux et du lac des Six. Cette association représente ses membres auprès de la municipalité dans plusieurs dossiers. Elle a notamment collaboré à la mise en place du règlement municipal relatif à la revégétalisation des rives. En effet, les municipalités de Saint-Élie-de-Caxton, de Saint-Mathieu-du-Parc et de Saint-Boniface ont décidé, à l’été 2008, d’agir de manière concertée afin de ralentir l’eutrophisation des lacs et de prévenir la prolifération des algues bleu-vert. Les associations des différentes municipalités ont été appelées à collaborer afin de faciliter la diffusion de l’information auprès de leurs membres. L’Association des riverains du lac Héroux et du lac des Six travaille présentement à la sensibilisation des membres aux espèces exotiques envahissantes (la renouée du Japon, le myriophylle à épi) et participe au « Réseau de surveillance volontaire des lacs » (RSVL) du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Bravo à toi Simon et à tous les citoyens engagés dans leur milieu. Vous faites une vraie différence!

Marie-Pier Bédard

À propos de Marie-Pier Bédard

Marie-Pier Bédard travaille à la SADC de la MRC de Maskinongé depuis 2010. Elle détient un baccalauréat en droit et une maîtrise en gestion de l'environnement. Comme conseillère en développement local et durable à la SADC, elle travaille à la sensibilisation au développement durable des élus municipaux, des entrepreneurs et de la collectivité en général. Son travail se divise en deux volets. D’une part, Marie-Pier œuvre comme agente de développement local et contribue ainsi à dynamiser la MRC de Maskinongé, milieu pour lequel elle a un attachement profond. D’autre part, elle s’occupe des dossiers entourant l’accompagnement des entreprises en développement durable. Elle siège également sur le comité de développement durable de la MRC de Maskinongé, ainsi que sur le conseil d’administration de la Réserve mondiale de la biosphère du Lac-Saint-Pierre.

Tous les articles

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire