Bâtir sa vie ICI



23 mai 2018
Écrit par :

Depuis l’arrivée de la belle saison, mon mari et moi, on a entrepris un projet plus grand que nature : on bâtit notre maison! Je ne vous parlerai pas de tous les détails de la préparation qui précède la première pelletée de terre, car les gens de mon entourage vous diraient que j’en ai déjà fait le tour mille fois dans mes discussions avec eux! En réalité, on songe à cette maison de rêve depuis l’été dernier, depuis qu’on a décidé de vendre notre ancienne demeure.

Aujourd’hui, tout se concrétise, les murs de notre nouvelle résidence se dressent déjà bien haut, et je peux regarder un peu en arrière pour vous parler de mon expérience de bâtisseuse dans la MRC de Maskinongé. Évidemment, la première étape de la construction d’une maison, c’est le choix d’un terrain. Originaires de Louiseville, nous aurions pu décider de déménager nos pénates hors de la MRC. Mais il n’en était pas question! Trop de raisons nous poussent à nous établir dans notre belle MRC, et il y a plusieurs textes qui en parlent brillamment sur ce blogue. Pour nous, la proximité avec la famille, les amis et le boulot, l’accessibilité à la nature et le calme de la campagne étaient les premiers critères remplis par de nombreux emplacements dans la MRC.

Des terrains très abordables où il fait bon vivre dans des secteurs résidentiels paisibles, il y en a plusieurs dans notre région. On s’est promené dans des quartiers de Louiseville, Yamachiche, Sainte-Ursule, Maskinongé, Saint-Édouard-de-Maskinongé, Saint-Léon-le-Grand et Saint-Paulin, trouvant qu’on avait vraiment l’embarras du choix. Chaque endroit répondait à nos critères et avait ses propres avantages. Mais notre décision a finalement été prise à la fin de l’hiver. S’en est suivi achat du terrain, choix du plan, soumissions, planification des travaux que nous ferions nous-mêmes, embauche d’entrepreneurs, demande de permis à la municipalité, etc. Je dois dire que les employés de la municipalité ont été super et ont répondu aux multiples interrogations que peut avoir un couple qui se lance dans un tel projet pour la première fois de sa vie. Et c’est la même chose dans toutes les municipalités où l’on a « magasiné » un terrain. Voilà la chance qu’on a dans nos petits milieux : on est accueilli à bras ouverts et avec une chaleur humaine incomparable!

La construction se poursuit maintenant chaque soir de la semaine et chaque week-end. Je suis bien fière de mettre la main à la pâte, même si les travaux manuels ne sont pas ma force. Installation de laine minérale, ramassage de retailles de bois et confection de sandwichs pour les grands travailleurs, j’en fais mon affaire! Finalement, nous sommes vraiment heureux d’avoir choisi une municipalité de la MRC pour y bâtir notre nid, dans le village même où les grands-parents de mon mari ont élevé leur famille nombreuse. Je quitte mon rang de campagne natal, et il retourne dans le village de ses ancêtres. Je ne vous ai toujours pas dit de quelle municipalité il s’agit, n’est-ce pas? Un indice : c’est ICI, c’est beau et rural… et la poutine y est délicieuse!

Jennifer St-Yves-Lambert : poutine

Jennifer St-Yves-Lambert

À propos de Jennifer St-Yves-Lambert

Jennifer St-Yves-Lambert travaille à la MRC de Maskinongé en tant qu’agente de développement culturel et touristique. Elle participe à la réalisation d’initiatives culturelles dont la MRC de Maskinongé est collaboratrice ou promotrice, pour le développement du milieu. Détentrice d’un baccalauréat en études françaises et d’une maîtrise en lettres, elle est une amoureuse de la culture québécoise et de son territoire natal. Sa mission : contribuer au rayonnement des artistes et artisans de Maskinongé qui façonnent, par leur créativité inspirante, notre culture unique.

Tous les articles

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire